Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.

RDC-Ituri : l'Evêque du diocèse de Mahagi-Nioka indigné des attaques contre des civils sans moyens

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.
ven 03/12/2021 - 08:58
Catégories:

L'Evêque du diocèse de Mahagi-Nioka, en province de l'Ituri, Mgr Sosthène Ayikuli est sorti de son silence après les attaques perpétrées par la milice CODECO le week-end et en début de cette semaine en territoire de Mahagi.

Dans une interview accordée à la presse diocésaine ce mercredi, mercredi 01 décembre 2021, Mgr Sosthène AYIKULI condamne avec la plus grande fermeté cette façon d'agir qui consiste à tuer des gens comme des choses, à les traiter sans dignité.

Le prélat catholique, sur un ton visiblement révolté, a commencé par faire le bilan de l'attaque.

"La situation devient de plus en plus dramatique! Le 27 novembre dernier, comme vous le savez, il y a eu attaque à Pakenge Yina, chefferie des Djukoth. On a compté 5 morts, 4 blessés dont 2 se trouvent dans une situation grave. Quelques deux jours après, le 29 du même mois, il y a eu attaque et tueries d'Amee; on a compté 18 personnes tuées, 5 enlevées parmi lesquelles il y a des enfants et des mamans! On compte également 12 blessés parmi lesquels il y a 1 policier et 11 civils. Tout cela est accompagné d'incendies de maisons! Il y a également incendie de biens, pillage de petits et gros bétails!", se plaint le prélat catholique.

Mgr Sosthène AYIKULI en vient à poser la question de savoir pourquoi ces tueries perdurent.

"De là, je pose la question à ceux qui tuent, à ceux qui versent le sang, à ceux qui réduisent les autres comme ça comme des choses et font tuer : Quelles sont finalement les raisons pour lesquelles ces tueries et pillages systématiques sont organisés? Qu'on nous dise finalement qu'est-ce qu'on est en train de poursuivre ? Qu'est-ce qu'on cherche? Au-delà de tout ça, qu'est-ce qu'il y a? Qui va nous le dire?", se demande le prélat à la fois révolté et desespéré.

Le Numéro Un du diocèse de Mahagi-Nioka conclut sur un ton d'expression de sa proximité et compassion aux victimes.

Jc UBEGIU, depuis Mahagi.

Articles les plus lus