Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.

RDC : Bruno Miteyo réussit à concilier les parties en conflit au Sud-Kivu

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.
mer 31/03/2021 - 21:02
Catégories:

Le ministère de l'Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières en partenariat avec l'ONG Interpeace et consorts ont organisé du 29 au 31 mars 2021 à l'hôtel Béatrice à Kinshasa, un dilogue intercommunautaire pour la paix et la sécurité dans les hauts et les moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) en province du Sud Kivu.

Durant trois jours, les communautés Sud-Sud, à savoir les Bavira, les Banyamulenge, la Bafuliro, les Babembe, les Babuyu ont débattu sous l'arbitrage du gouvernement, sur des questions relatives à la paix, à la sécurité et au développement dans les Hauts et Moyens Plateaux de Fizi, Mwenga/Itombwe et Uvira en vue de giguler les persistantes tensions ainsi que les mefiances intercommunautaires dans cette région.

Pour Dr Bruno Miteyo, le Chef de la maison civile du Chef de l'État qui a  modéré ces pourparlers, un triple constats est ressorti des ces échanges :

"Malgré les efforts du Gouvernement et des partenaires sur le terrain, les tensions et méfiances intercommunautaires persistent, la gouvernance locale est peu performante avec une capacité très faible de réponse aux multiples préoccupations de la population et la prolifération des groupes armés est de plus en plus prononcée dans la région avec des multiples incidents sécuritaires", a-t-il laissé entendre.

A en croire Dr Bruno Miteyo, les participants au dialogue ont formulé notamment les recommandations suivantes :

I) Par rapport à l’amélioration de la gouvernance locale :  

- Organiser les élections locales ;

- Appliquer la loi portant statut des Chefs coutumiers notamment la redynamisation des Comités Consultatifs de Résolution des Conflits Coutumiers ;

- Mettre à contribution l’Institut Géopolitique National pour résoudre les conflits entre les ETD ;

- Recruter les Administrateurs de Territoires dans le respect des normes (appel d’offre) ;

 - Appliquer la justice pour tous ;

- Rendre effective la mise en place de la Commission de Paix et Reconstitution de l’histoire de la zone annoncée par le Président de la République ;

- Parachever les réformes liées aux Entités Territoires Décentralisées en précisant les limites entre les ETD et les Entités Territoriales Déconcentrées ;

- Assurer l’inclusivité communautaire dans la désignation des animateurs des entités ;

- Rendre opérationnelle la Commission Consultative de Règlement des Confits Coutumiers ;

- Assurer l’application de l’Accord sur la transhumance en Province du Sud-Kivu pour le faire couler en Arrêté provincial sur la transhumance.

  II) Par rapport à l’amélioration de la qualité des rapports entre les communautés, il a été recommandé notamment ce qui suit :  

- Bannir les discours d’incitations à la haine ;

- Respecter les accords de paix et les engagements entre les communautés et en éviter la violation ;

- Respecter les identités culturelles et les us et coutumes des uns et des autres ;

- Respecter les autorités coutumières et locales légalement établies ;

- Soutenir la commission mixte appelée à clarifier l’histoire, selon l’esprit du Président de la République, Chef de l’Etat, de constituer un groupe d’experts venant des communautés non concernées ;

- Mettre en place une structure mixte permanente de règlement des conflits au niveau du sud du Sud-Kivu et au niveau national, structure qui sera prise en charge par le Gouvernement de la RDC ;

 III) En vue de réduire l’activisme des groupes armés et de s’accorder sur le traitement à leur réserver relativement aux pillages et atrocités commis par eux, il a notamment été recommandé :  

- Identifier les tireurs de ficelles pour qu’ils répondent de leurs actes ;

- Mener des enquêtes objectives pour inventorier les dégâts commis ;

- Identifier les auteurs et les remettre à la justice ;

- Mettre en œuvre des projets intégrateurs pour le désenclavement et la réhabilitation et/ou la construction des infrastructures ;

- Appliquer la justice transitionnelle ;

- Mettre en place une structure de l’Etat qui va se charger du DDR avec des moyens conséquents et envisager une stratégie nationale de prévention et de gestion des conflits ;

- Mettre en place un processus DDR adapté au contexte et réalités locales.

Il est à noter que les communautés impliquées se sont engagées à œuvrer pour la paix au sortir de ces pourparlers. Les points jugés de convergence seront pratiqués sur terrain et le gouvernement ainsi que les partenaires s'impliqueront en vue d'harmoniser les points de divergence.

Albert Muanda.

Articles les plus lus