Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.

RDC : l'UNC commémore ce jeudi l'an un de l'arrestation de son président national Vital Kamerhe

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.
mer 07/04/2021 - 10:26
Catégories:

Une journée commémorative est prévue ce jeudi 8 avril 2021 par le parti politique Union pour la nation congolaise (UNC). Cette journée s'inscrit dans le cadre de l'an un de l'incarcération de Vital Kamerhe, son président national. Il sera question d'une séance de prière suivie du lancement de la campagne 1$ pour le parti.

Selon le Secrétaire Général intérimaire de l'UNC Aimé Boji, il s'agit d'une journée commémorative qui va connaître deux moments forts :

"Sur instruction du Président National, l'honorable Vital Kamerhe, en marge de son incarcération injuste, la Direction Politique Nationale (DPN) invite les militants et militantes ainsi que tous les cadres du parti se trouvant dans la ville de Kinshasa à prendre part à une journée commémorative qui va connaître deux moments forts, à savoir: une séance de première et méditation suivie du lancement de la campagne 1USD pour mon parti qui se tiendra ce jeudi 08 avril 2021 à 13 Heures dans la salle VIA NOVA située sur croisement de la science et Prince de Liège", peut-on lire dans un communiqué qui porte la signature d'Aimé Boji.

Le Secrétaire Général intérimaire invite toutes les interfédérations et fédérations du pays ainsi que la Diaspora à marquer cette sombre date par une séance de prière et méditation en faveur de l'acquittement de notre Président.

En rappel, Vital Kamerhe, président national de l'Union pour la nation congolaise a été placé en détention provisoire le 8 avril 2020 dans le cadre de l'enquête sur le programme d’urgence du chef de l'État dit "100 jours" lancé par le président Félix Tshisekedi en mars 2019.

En Juin 2020, Vital Kamerhe a été reconnu coupable en première instance pour détournement des fonds publics alloués à la construction de 1.500 logements sociaux. À cet effet, il a écopé d'une peine principale de 20 ans de travaux forcés.

Il est à noter que le procès est en appel devant la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe.

Albert Muanda.

Articles les plus lus