Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.

Climat : John Kerry s’appuie sur la RDC pour voir réussir la Cop26

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant. Suivre le Guide utilisateur pour démarrer la construction de votre site.
jeu 28/01/2021 - 06:26
Catégories:

L’envoyé spécial des USA pour le climat, John Kerry, a réitéré son engagement de continuer à collaborer avec les partenaires internationaux dont la République démocratique du Congo pour faire de la Conférence des parties sur le changement climatique des Nations Unies (COP 26) une réussite. Il l’a annoncé ce mardi 26 janvier 2021.

Pour cet américain, des mesures audacieuses sont exigées si nous voulons vaincre les dangers posés par le changement climatique et préserver l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants.

Initialement prévue du 9 au 20 novembre 2020 à Glasgow (Écosse), la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26) est reportée du 1er au 12 novembre 2021. Elle est organisée par le Royaume-Uni en collaboration avec l’Italie.

La République démocratique du Congo détient plus de 60% de la forêt du bassin du Congo, le 2ème poumon mondial. Dans la lutte contre le changement climatique après l’Amazonie. Pour cette cause, l’administration Biden attend intensifier la coopération entre les USA et la RDC dans la protection de la biodiversité et des forêts.

"Ceci représente une opportunité pour les États-Unis et la RDC d’approfondir leur Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité (#PP4PP) en collaborant au sujet de la protection de l’environnement, spécifiquement en ce qui concerne le bassin du Congo, qui est le deuxième “poumon” du monde et qui est d’une importance cruciale pour l’humanité. Les Congolais dépendent des forêts en bonne santé pour se nourrir, pour s’abriter, pour le carburant et pour leurs moyens de subsistance ; les forêts régulent aussi le climat régional et assurent un approvisionnement en eau potable”, a dit l’ambassadeur des USA en RDC, Mike Hammer.

Entre temps, l’ambassade des USA en RDC et le Bureau Fédéral d’Investigation (FBI) appuient l’Institut Congolais pour la Conservation dans la lutte contre le braconnage et l’exploitation illégale des ressources naturelles.

"Le président Tshisekedi et moi avons déjà discuté de la façon dont nos deux pays peuvent travailler ensemble pour protéger la forêt vierge congolaise en faveur des Congolais et du monde entier. Au cours des visites que j’ai effectuées aux parcs nationaux de Virunga, de Kahuzi-Biega et de la Garamba ainsi qu’à la Réserve de faune à Okapis, j’ai observé comment ceux qui protègent les trésors naturels et les habitats précieux de la RDC luttent face aux groupes armés brutaux et aux activités économiques illégales dans les domaines des mines, de l’exploitation forestière, de la pêche et les domaines tels que la contrebande et le trafic d’espèces sauvages. Ces activités criminelles privent les populations autochtones et locales des ressources naturelles dont ils dépendent”, a expliqué Mike Nzita Hammer.

Les scientifiques estiment que les forêts du bassin du Congo stockent 30 milliards de tonnes de carbone, ce qui équivaut à trois ans d’émissions mondiales de combustibles fossiles.

Albert Muanda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles les plus lus